Comment faire la Différence entre laxisme et bienveillance ?

Faire respecter le cadre donné demande beaucoup de patience et nécessite de répéter… Et pour accompagner l’émotion de votre enfant, d’être d’un calme olympien, d’être apaisé.
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur google
Partager sur email

Date

par Audrey ABBAL, Coach Parental, APAISOLOGUE & PASSIONNÉE

L’Éducation bienveillante n’est pas une éducation laxiste. Il ne s’agit pas de laisser tout faire et de tout accepter. Bienveillance vient du latin benevolens qui veut dire vouloir du bien. Vouloir le bien de son enfant est premier. Or, pour bien grandir, l’enfant a besoin d’un cadre.

Pour cela, en tant que parent, il est important que votre intention soit très claire, surtout quand l’irritation ou la colère monte…  Il s’agit donc tout d’abord de conscientiser, de vous rendre compte des points sensibles sur lesquels votre enfant appuie et des émotions que cela fait rejaillir en vous. Aider votre enfant à grandir, c’est grandir vous-même. C’est mieux apprendre à vous connaître pour ne pas surréagir.

 

Mais si la sur-réaction n’est pas la bienvenue, la sous-réaction non plus. Éduquer n’est pas synonyme de laxisme (laxus : large, relâché). Il s’agit de mettre en place des règles de vie à la maison. Matérialiser ses règles physiquement est un plus : un petit panneau, une image, un minuteur, une patère pour accrocher le manteau à la bonne hauteur…

Face à une demande parentale, il ne doit pas y avoir de doutes, de sensations d’injustice ou d’impossibilité côté enfant. La règle doit être simple, claire, expliquée, affichée.

 

Pour que cela soit léger pour la famille, il s’agit de faire en sorte que ces règles deviennent des routines. Et comme les enfants apprennent beaucoup par imitation, encore une fois, éduquer son enfant, c’est s’éduquer soi-même. C’est être cohérent entre ce que l’on demande et son propre comportement. Par exemple, ne pas dire de gros mots commence par soi-même…

 

Les petites clés fondamentales à respecter pour apaiser la relation parent-enfant :

  • Écouter votre enfant et l’ambiance de la famille
    Conscientiser vos propres émotions et faire au mieux pour être apaiser et serein pour percevoir votre environnement à travers un prisme sain.
  • Avoir une intention claire
    Si vous voulez que votre enfant aille prendre sa douche, ne pas penser au même moment « finalement ce n’est pas grave s’il ne la prend que demain matin ». La contradiction entre vos deux envies est perçue intuitivement par l’enfant et il va choisir celle qui l’arrange. Ça peut aussi le bloquer si vos deux intentions vont dans deux directions complétement différentes.
  • Capter l’attention de votre enfant
    Demander ou dire quelque chose à votre enfant et être sûr qu’il écoute et comprend est fondamental. Répéter et faire répéter par l’enfant, avec ses mots, si nécessaire.
  • Être clair sur le timing
    La notion de temps est très différente chez l’enfant et chez l’adulte. Votre temps n’est pas son temps. Il est donc très important de signifier : maintenant, dans 10 minutes, et pour les plus petits « Le temps d’une histoire »…
  • Demander avec progressivité
    Ne pas crier mais demander une première fois, et si ce n’est pas fait, une seconde fois avec une peu plus de fermeté, et ainsi de suite de 1 à 5.

Faire respecter le cadre donné demande beaucoup de patience et nécessite de répéter… Et pour accompagner l’émotion de votre enfant, d’être d’un calme olympien, d’être apaisé.

Et finalement, et comme toujours, devenir parent, c’est aussi apprendre à mieux se connaître et à mieux gérer ses émotions, pour offrir à votre enfant un espace de liberté et de sécurité physique et émotionnelle afin qu’il se développe en toute sérénité.

Audrey ABBAL, Coach Parental, APAISOLOGUE & PASSIONNÉE

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur google
Partager sur email

plus
d'articles

Je suis Audrey Abbal, Coach parental, Apaisologue et passionnée.

J’accompagne des parents épuisés qui vivent des conflits avec leurs enfants, à dépasser leur sentiment d’impuissance et de culpabilité, à gagner en confiance et en légitimité, à trouver des outils et des modes d’emploi adaptés à leur famille en établissant un plan d’actions pour résoudre tensions, conflits et crises et enfin gagner en sérénité.

Je propose aussi des séances d’Apaisologie aux enfants dès 6 ans, qu’ils soient timides, introvertis, agités ou hyper-sensibles, pour leur permettre de désamorcer les sentiments de culpabilité, de honte, de colère et de peur et leur donner des armes face au harcèlement à l’école et aux phobies scolaires.

Audrey Abbal

Coach parental, apaisologue & passionnée